Le café et la révolution française
Vous êtes ici…: Accueil » Inscription newsletter » Le café et la révolution française

A Paris très vite, le café a été très vite un symbole de l’émancipation politique, voire de la contestation.

Au XVIII ème siècle, tout a commencé dans les cafés et d’abord au café Procope…Y est née « L’encyclopédie » nouvelle, issue d’une conversation entre Denis Diderot et Jean d’Alembert et moment capital dans l’histoire du savoir.

Le Procope est le lieu mythique où le téléscopage des idées va commencer, pour devenir politiques, contestataires et révolutionnaires vers la fin du XVIIIème siècle.

Au dernier étage s’y réunissaient des intellectuels qui rêvaient de renverser la monarchie. Jean Paul Marat, révolutionnaire et fondateur de la gazette « L’ami du Peuple », journal révolutionnaire dans lequel la parole était libre et que tout le monde lisait.

Ce bouillonnement d’idées va se propager de café en café, jusqu’à mettre le feu aux poudres.

Le 12 juillet 1789, c’est au café de Foy, sous les arcades du Palais Royal, que se prépare le premier acte de la révolution française.

Camille Desmoulins, jeune avocat pas spécialement grandiloquent, s’enflamme et monte sur une table du café de Foy pour haranguer la foule. La rumeur progresse, l’insurrection monte. 2 jours plus tard, le 14 juillet 1789, la Bastille tombe aux mains des parisiens.

Intervenants:

Eric Giraud Trouillet, directeur du Procope

Vincent Laisnay, Maître de conférence Université Paris Nanterre

Benoît Lecoq, historien de la sociabilité

Pour lire la vidéo, c’est ici : https://www.facebook.com/france5/videos/517572079592984

À propos de l’administrateur

Mathias Schmit, docteur en sciences de gestion, est Professeur de Finance à la Solvay Brussels School of Economics and Management (Université Libre de Bruxelles).

Article similaire